Mot du Directeur Général des Douanes et Droits Indirects

Frédéric Théodore INAMO

Directeur Général des Douanes et Droits Indirects


Mesdames et messieurs,
Chers collègues,

Depuis 2006, le gouvernement de la République Centrafricaine d’une part et les institutions internationales d’autre part ont commandité une série d’audits et de réforme de notre administration. Nous citerons l’Organisation Mondiale des Douanes (OMD), le Fonds Monétaire International (FMI)/AFRITAC-Centre, la Banque mondiale a travers le projet PFTT-CEMAC et le projet PuRsep etc.

Depuis le lancement de ces réformes, la Direction Générale des Douanes et Droits Indirects s’est fixée un certain nombre d’objectifs stratégiques qui obéissent aux exigences du gouvernement en matière budgétaire et de modernisation, visant ainsi l’amélioration substantielle de ses performances.

En vue de faciliter l’application et la lisibilité des recommandations issues de ces différentes missions, notre administration a fait appel à plusieurs spécialistes en la matière. Grâce à ces Assistances douanières et sous l’impulsion du Ministre des Finances et du Budget, M. Henri-Marie DONDRA, l’administration des douanes Centrafricaines a effectivement entamé la modernisation de son système depuis notre nomination en mai 2016 à la tête de cette institution.

Nos Partenaires Techniques et Financiers (PTF) nous accompagnent sans relâche dans la recherche du meilleur rendement et de l’accroissement des recettes douanières.

Les réformes, un terme devenu récurrent sont en effet un des défis que nous sommes tenus de relever. Par ailleurs, la lutte contre la flambée des prix des biens de consommation qui bénéficient de l’allègement de la fiscalité des denrées de première nécessité a pour corollaire, la baisse du niveau de nos recettes douanières par rapport aux prévisions.

Le succès dans un environnement économique défavorable à la modernisation, dépend de plusieurs facteurs tant endogènes qu’exogènes, tout particulièrement la volonté politique qui est clairement exprimée, la capacité d’appropriation des réformes par les services de la douane, le respect de la réglementation douanière, du code des douanes, et bien d’autres textes en la matière.

Les mutations attendues ne sauront être effectives sans appui des outils et instruments de l’Organisation Mondiale des Douanes (OMD), de l’outil de communication, instaurer un dialogue franc et permanent avec nos partenaires économiques, principaux bénéficiaires de ces réformes reste un atout de taille.

Ainsi, j’en appelle à votre conscience, à votre compréhension et à votre dévouement, afin de relever ces défis qui se présentent à nous.

Bonne et Heureuse Année 2018.
Sincères salutations !

Frédéric Théodore INAMO
Directeur Général des Douanes et Droits Indirects

Visionnaire, entrepreneur tout risque et doué du sens des initiatives rénovatrices, l’homme a su faire parler de lui en moins de deux années de responsabilité à la tête de la Douane de Centrafrique.