Évaluation de l application de l’Accord d’Assistance Mutuelle Administrative
12 mars 2018

Renforcement des capacités des informaticiens et cadres douaniers sur le système Sydonia ++

Les informaticiens et cadres douaniers centrafricains renforcent leurs capacités en SYDONIA ++. Cette session de formation qui se déroule du 19 février au 16 mars 2018 au complexe Scolaire International GALAXY, est axée sur la thématique du déploiement, de l’administration et de la maintenance du système d’information en vue de la migration vers SYDONIA Word. Suite à un appel d’offre lancé par la Banque Mondiale à l’attention des cabinets locaux de formation douanière, le cabinet Kowabis consultant SAR a été sélectionné pour assurer cette formation. La chargée de mission Banques et Institutions Financières Internationales, madame Evelyne Loudégué, a représenté le ministre des Finances et du Budget à l’ouverture de l’atelier.

 

Dans son discours prononcé lors de la cérémonie d’ouverture de cette formation, le Directeur Général Adjointdes Douanes et Droits Indirects(DGDDI), chargé des services extérieurs, a expliqué que l’informatisation et la maîtrise de SIDONIA ++ demeure un projet phare pour la DGDDI (un domaine stratégique par excellence). Pour mémoire, SYDONIA++ a été déployé en RCA depuis le 11 septembre 2006. Ce système, depuis lors n’a ni connu un déploiement au niveau des services déconcentrés, ni été exploité dans toutes ses fonctionnalités. Comparativement aux autres pays de la Sous-région, la RCA a accumulé beaucoup de retard pour migrer vers la version plus élaborée dite SYDONIA World. D’où l’importance de cette formation dont l’objectif visé est de renforcer la capacité des agents afin qu’ils puissent s’approprier de cet outil dans toutes ses fonctionnalités y compris les modules, manifeste, transit et gestion de magasin qui n’ont jamais été utilisés.

Pour le Directeur gérant du Cabinet d’expertise et de formation douanière Kowabis consultant SARL : « Au niveau de la Douane, l’Organisation mondiale (OMD) préconise la douane du 21e siècle. C’est-à-dire, la douane moderne. Une douane moderne doit répondre à un certain nombre de critères, et mettre en place un certain nombre de réformes, notamment la facilitation des échanges, la dématérialisation des procédures douanières et la gestion des risques pour rendre les contrôles douaniers plus efficients qui tranchent avec les contrôles triasiques où on contrôle tout. Donc on privilégie l’analyse des risques. Dans ce cadre, la dématérialisation suppose l’informatisation des services douaniers.

Frédéric-Rodrigue MBOMBA